RATP Dev, une percée qui pose question

©Ronnie Schmutz sur Unsplash - Métro Lyon

La Régie autonome des transports parisiens le devient un peu moins après sa conquête du métro de Lyon. En février, le Sytral a préféré sa filiale RATP Dev à Keolis pour exploiter les lignes de métros, de tram et de funiculaire de la métropole pour 2 Md€ jusqu’en 2035. Cette victoire s’inscrit dans une série de conquêtes qui impressionne. En parallèle, RATP Dev a délogé Keolis au Pays basque arrachant un marché de bus emblématique qui était convoité également par Transdev. Sur le marché des réseaux de taille moyenne, elle a gagné Brive et Saintes après avoir été confortée à La Roche-sur-Yon, à Lorient et à Épernay en 2023. Si elle a perdu Vannes l’an passé, le solde en chiffre d’affaires est largement positif. À l’international, le groupe est également à l’offensive. Il se positionne par exemple en Australie sur un réseau de tram, une tentative d’implantation coûteuse en frais de réponse aux appels d’offres, le groupe n’ayant aucune base contrairement à ses confrères français.

Croissance raisonnée pour compenser la perte de chiffre d’affaires sur les lignes de bus parisiens ou fuite en avant ? Contrairement aux autres, RATP Dev ne publie jamais ses chiffres, noyés dans des données consolidées. L’EPIC intègre les pertes de RATP Dev dans les – 127 M€ de résultat net cumuls de ses filiales (pour 1,7 Md€ de CA en 2023 et un résultat opérationnel de – 26 millions). Les pertes récurrentes des bus de Londres, pour cause de contrat mal négocié, y contribuent en partie et pèseront encore, le groupe ne parvenant pas depuis 2023 à les céder. La question est aujourd’hui de savoir si le chiffre d’affaires conquis au moyen d’offres agressives, en particulier à Lyon, permettra à RATP Dev d’évoluer durablement dans le vert. Keolis pointe la tentation d’un « comportement irrationnel ». « Les contrats à perte nuisent à l’usager, car l’opérateur termine avec des bouts de chandelles et la qualité de service s’en ressent », met en garde Marie-Ange Debon, la présidente de l’opérateur. Plus feutré, son homologue Thierry Mallet rappelle la ligne de Transdev consistant à « proposer des prix que nous estimons raisonnables ». Cette stratégie agressive a de quoi alimenter cette question récurrente au sein d’Île-de-France Mobilités, principal financeur du groupe. Dans quelle mesure les flux entre l’EPIC et RATP Dev sont-ils étanches ?

Marc Fressoz

ACTUALITÉS

LE POINT SUR

Ports, terre d’accueil pour les nouvelles industries et énergies

Erick Demangeon

LOGISTIQUE

Comment Michelin s’est mis en action pour limiter le CO2 de sa supply chain

Marc Fressoz

LOGISTIQUE

Cainiao, la filiale logistique d’Alibaba avance ses pions en Europe

Marc Fressoz

INFRASTRUCTURES

SNCF Réseau doit revoir sa copie pour les « DRR 2024 et 2025 »

Erick Demangeon

CONCURRENCE & MARCHÉS

Comment indemniser Vinci Airports pour l’abandon de Notre-Dame-des-Landes ?

Jean-Claude Pennec

Stratégie

Le Ciel unique européen face aux réalités européennes

Jean-Claude Pennec