Le transport combiné rail-route sort d’une annus horribilis

©iStock

Fer de lance du report modal, le transport combiné rail-route est à la peine en Europe. 2023 a été une annus horribilis, résume Ralf-Charley Schultze, président de l’UIRR, ancien des CFF. L’association ne dispose pas encore des chiffres consolidés pour 2023, mais les 16,3 % de baisse de trafic enregistré sur le troisième trimestre 2023 par rapport à 2022 disent bien la tendance. « C’est davantage que le record de baisse de 2020 » continue-t-il. Les opérateurs ont été confrontés à une collection inédite d’obstacles : grèves, catastrophes naturelles, déraillement majeur dans un tunnel suisse, ralentissement de l’économie, intensification des travaux sur le réseau dans certains pays, répercussions de la guerre en Ukraine sur le prix de l’électricité. Cette série de facteurs réduit grandement la probabilité d’atteindre l’objectif fixé en 2021 par le Green Deal, à savoir une part modale de 25 % pour le fret ferroviaire en Europe en 2030 (contre 17 % en 2021 pour l’UE). Logiquement, la France n’échappe pas à cette tendance. « Les chiffres d’activité pour le premier semestre 2023 sont très en recul, de l’ordre de – 22 % », soulignait le président du GNTC Ivan Stempezynski en fin d’année passée. Accident de parcours ou tendance longue ? La dynamique nettement positive après la crise sanitaire a en tout cas été stoppée. Entre 2021 et 2022, la hausse enregistrée atteignait 7,9 % en trains-kilomètres et 9,4 % en tonnages.

En France, pour les opérateurs qui ont tous essuyé des pertes importantes, l’engagement de l’État avec des perspectives pluriannuelles joue un rôle d’amortisseur. « Les aides à l’exploitation sont passées de 130 à 330 M€ par an », souligne la DGITM.

Marc Fressoz

ACTUALITÉS

LE POINT SUR

Premiers travaux autour de la demande de transport de fret

Erick Demangeon

LONGUE DISTANCE

2023 : mauvaise année pour la ponctualité du transport aérien en France

Jean-Claude Pennec

LONGUE DISTANCE

Le développement des trains de nuit domestiques sur pause ?

Marc Fressoz

CONCURRENCE & MARCHÉS

Marseille-Nice : Transdev confronté aux difficultés du nouvel entrant

Marc Fressoz

STRATÉGIE

Leasing social pour happy few, une promesse mal calibrée et coûteuse

Marc Fressoz

TRANSPORTS DU QUOTIDIEN

« Que faire quand la vitesse des bus baisse ? », demande la FNAUT

Michel Chlastacz