CDG face à des menaces de plafonnement des vols ?

©ADP - CDG

Après Orly, l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle risque-t-il de voir le nombre de ses mouvements plafonnés alors que le trafic aérien est en train de retrouver sa vigueur d’il y a près de trois ans ? En tout cas, 18 associations appellent CDG à réduire de 12 % à court terme le nombre de mouvements, ce qui conduirait à supprimer 60 000 vols par an. Or, Roissy, principal aéroport de l’Hexagone et hub d’Air France, prévoit déjà d’atteindre 640 000 mouvements par an en 2025 (contre 504 000 en 2019). Les associations favorables à une telle réduction rappellent qu’Orly voit depuis de nombreuses années le nombre de ses mouvements plafonné à 250 000 par an, assorti d’un couvre-feu, sans forcément préciser que le plafonnement d’Orly a été rendu possible entre autres par l’existence de CDG.

Outre ces associations, l’ADEME estime de son côté que, pour permettre une décarbonation du transport aérien (de 75 % entre 2019 et 2025), l’un des trois principaux leviers existants résiderait dans une baisse de trafic – de 23 % selon elle par rapport à celui de 2019. L’exemple de l’aéroport d’Amsterdam n’est sans doute pas étranger à ces demandes : le gouvernement des Pays-Bas a en effet présenté un projet visant à limiter le nombre de vols annuels à 440 000 (contre 500 000 atteint avant la pandémie). Dès maintenant et jusqu’à fin mars 2023, diverses mesures de limitation de vols ont été prises sur cet aéroport, hub de la compagnie KLM (54 500 passagers/jour en septembre, 57 000 en octobre). Ce projet fait suite à des plaintes de riverains au sujet du bruit des aéronefs.

Dans la concurrence que se livrent en Europe de l’Ouest les grands hubs, dont Roissy et Londres, toute limitation ne peut qu’impacter un système basé sur des correspondances quasi immédiates entre les lignes long-courriers et les lignes moyen-courriers/court-courriers. C’est en tout cas dans ce contexte que, plutôt que d’engager la polémique, le PDG d’ADP, Augustin de Romanet a d’ores et déjà minimisé le débat en affirmant que si le trafic aérien devait décroître, ce ne serait pas pour ADP « une tragédie » (lire l’article « Le PDG d’Aéroports de Paris appelle à un usage modéré de l’avion ! »).

Jean-Claude Pennec

ACTUALITÉS

LE POINT SUR

Vers de meilleures conditions d’accès au réseau ferré pour le fret

Erick Demangeon

LONGUE DISTANCE

Le PDG d’Aéroports de Paris appelle à un usage modéré de l’avion !

Jean-Claude Pennec

INFRASTRUCTURES

Les autoroutiers cherchent la solution pour les poids lourds électriques

Marc Fressoz

STRATÉGIE

Le transport public en crise face au changement climatique

Marc Fressoz

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Éolien en mer : un chemin semé d’embûches en France

Erick Demangeon

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L’ADEME tempère le caractère écologique du véhicule électrique

Marc Fressoz